1. Objectifs de développement de la trousse de formation sur la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi

Cette trousse a été conçue d’une part pour disposer d’un outil de formation sur la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi, et d’autre part pour appuyer et développer les activités de l’OIT dans le domaine des normes internationales du travail.

Après son utilisation, les objectifs de développement suivants peuvent être atteints :

amélioration dans le domaine du respect et de la protection des droits des travailleurs ;

renforcement de la participation des organisations de travailleurs et d’employeurs à la promotion de la Déclaration de l’OIT ;

augmentation du nombre de ratifications des conventions fondamentales ;

mise en place au sein des organisations de travailleurs et d’employeurs d’un département/bureau chargé de contrôler de manière continue le travail technique/juridique inhérent aux activités liées à la Déclaration de l’OIT et de coordonner, au sein du département de la formation, l’organisation d’actions de sensibilisation et de formation sur les normes internationales du travail de l’OIT et la Déclaration de l’OIT.

 
2. Objectifs spécifiques de la trousse de formation

Guide du formateur :

 

la première partie de cette trousse de formation est conçue pour permettre au formateur de se familiariser avec son contenu et avec la structure du guide, et de maîtriser les matériels didactiques mis à sa disposition.

Au terme du cycle de formation basé sur ce guide, les participants auront obtenu les résultats suivants :

Ouverture du cours, présentation des participants et définition des objectifs :

 

permettre aux participants de lier connaissance ;

adopter les objectifs du cours en collaboration avec le formateur ;

examiner les besoins/objectifs individuels avec le formateur ;

élaborer une analyse comparative avec la collaboration des participants ;

planifier l’organisation et la supervision du cours (unités didactiques) en collaboration avec le formateur.

Ce qu’est la Déclaration :

 

comprendre l’importance et le rôle de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi.

Le mécanisme de suivi et l’assistance de l’OIT :

 

comprendre ce qu’est le mécanisme de suivi, comment il fonctionne, et comment sa mise en œuvre détermine l’efficacité de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi.

Forum de recherche :

 

analyser le rôle que jouent les organisations des participants pour donner à la Déclaration la suite la plus appropriée ;

débattre de plans d’action pour l’avenir et les organiser.

Procédure d’établissement des rapports et coopération technique :

 

expliquer en quoi consiste la procédure d’établissement des rapports et définir ce que peuvent faire les participants dans le cadre de leur travail pour améliorer le système d’établissement des rapports prévu par la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi dans leur propre pays.

 
3. Le groupe cible

Cette trousse a été préparée pour les fonctionnaires des bureaux internationaux, des départements de la formation et des départements juridiques.

Elle est essentiellement conçue à l’intention :

 

des fonctionnaires qui sont ou seront responsables, pour des organisations de travailleurs ou d’employeurs, de programmes de formation sur le thème des normes internationales du travail ; ou

 

des fonctionnaires qui sont ou seront chargés de questions techniques ou juridiques impliquant l’OIT sur le thème des normes internationales du travail au niveau national.

 
4. Description de la structure modulaire du guide de formation

Chaque module de ce guide de formation est divisé en plusieurs parties afin de faciliter la tâche des instructeurs et l’organisation de l’unité didactique.

Dans chacune de ces parties (unités didactiques), le formateur trouvera les éléments suivants :

Sommaire

Liste des sujets évoqués dans l’unité didactique.

_ Objectifs généraux / spécifiques

Les objectifs généraux et spécifiques qui devront être atteints au terme de l’unité didactique font l’objet d’une présentation.

Stratégie de formation proposée

Pour atteindre les objectifs qui ont été énoncés, le formateur pourra suivre la « stratégie de formation proposée », qui propose une logique séquentielle horizontale et verticale.

Horizontale, en ce sens que chaque activité (action de formation) est appuyée par une méthode de formation spécifique et par le matériel didactique approprié. L’interaction de ces éléments doit être assurée par le formateur dans un cadre temporel donné. Verticale, si l’on considère l’enchaînement des différentes actions de formation constituant l’unité didactique dans sa totalité.

Contenu du module

Dans cette partie figure un résumé des éléments qui doivent être présentés par le formateur. On pourra les appréhender de manière plus détaillée en utilisant d’autres documents qui sont inclus dans la trousse de formation.

Certaines références (mots clés) ont été placées sur la gauche du texte pour faciliter la présentation. Le formateur peut donc visualiser immédiatement la structure du module et le déroulement de la présentation.

Activités

Chaque activité comporte une introduction dans laquelle l’instructeur présente l’exercice aux participants et attire leur attention sur les tâches à effectuer. Les instructions sont fournies aux participants dans la partie «sommaire». Le stade final, celui des «rapports d’activité», donne à chaque petit groupe ou à chaque individu (dans le cas d’un travail individuel) l’occasion de présenter un rapport en séance plénière (avec un matériel visuel).

Transparents

Il s’agit des transparents nécessaires, dans chaque unité didactique, pour faciliter la présentation du contenu.

Liste du matériel complémentaire

Cette liste du matériel didactique complémentaire inclut :

       Les transparents

       Les activités didactiques

       Les documents complémentaires :
                  annexes à l’outil de formation
                  références bibliographiques

 
5. La méthodologie didactique : les méthodes d’éducation active

Dans la mesure où ce guide de formation fait partie de la série «Méthodes d’éducation active appliquées à la formation», il convient de résumer d’abord les éléments essentiels de cette approche.

Les méthodes d’éducation traditionnelles basées d’une part sur la transmission de connaissances et de l’autre sur la réception passive d’un enseignement avaient certaines raisons d’être dans un contexte culturel et politique caractérisé par la présence de messages impératifs qui ne pouvaient être discutés ni remis en question.

Ces méthodes traditionnelles ont également été appliquées à la formation de diverses organisations, considérée comme une formation professionnelle mettant essentiellement l’accent sur l’instruction technique. Au fil des ans, une nouvelle forme d’interaction entre le « maître » et l’ « élève » est apparue et a rapidement transformé cette relation, ainsi que les buts de la formation.

On a commencé à percevoir les participants aux activités de formation comme des sources de connaissances et des sujets actifs du processus de formation. Au lieu de considérer les participants à un cours de formation comme des sujets passifs, l’éducation active suppose qu’ils y sont pleinement impliqués. Cela signifie par conséquent que l’expérience des participants est l’un des éléments constitutifs des cours de formation.

Les différentes activités didactiques, et notamment l’établissement de rapports avant le début du cours, la définition des buts des participants et surtout la préparation d’un plan de travail au terme du cycle de formation, sont élaborées à partir de l’expérience des participants, qui adoptent tout au long du cours une approche interactive.

Ce cours est construit sur une base très pratique à partir de l’expérience des participants, qui apportent une contribution essentielle à sa préparation, et il est conçu, en liaison avec un plan d’action, pour mettre à bas les barrières de la pédagogie traditionnelle afin de favoriser la mise en œuvre des compétences acquises.

Ainsi, l’enseignement actif est centré sur l’apprenant, cependant que le formateur joue un rôle d’ « animateur », oriente et appuie le processus d’apprentissage en transmettant des compétences techniques qui doivent entrer en interaction avec l’expérience individuelle et collective dont disposent les participants au cours.

L’introduction des méthodes d’éducation active et l’élaboration de cette méthodologie exigent de la souplesse de la part des animateurs/planificateurs, qui doivent être ouverts à un certain degré de négociation/renégociation du programme d’études pendant le cours, afin de veiller à ce que les besoins des participants soient satisfaits.

Un cours sur la Déclaration couvrant un secteur spécifique comporte une composante «méthodologie de la formation» qui s’applique tout au long de l’activité et implique des méthodes d’éducation active.

La première étape consiste à préparer, au début du cours, un rapport consacré à une analyse comparative de la situation dans les différents pays des participants, afin d’évaluer leurs besoins de formation et d’établir avec leur collaboration les objectifs didactiques du cours.

Le but de cette partie du cours est de discerner les principaux objectifs de formation, et donc d’adapter le contenu du cours par des méthodes didactiques appropriées (voir Partie 2).

Cette procédure est contrôlée en permanence grâce à une méthode d’évaluation continue qui permet aux formateurs de répondre aux besoins des participants à mesure qu’ils se manifestent.

Cette «négociation continu » du rythme de travail en fonction des besoins et des objectifs de formation assure au cours une grande souplesse et encourage les participants à appliquer au sein de leurs propres organisations les résultats du travail qu’ils auront effectué pendant le cours.

Au cours de l’étape finale du programme, les participants préparent des plans d’action qu’ils mettront en œuvre au niveau local ou national après leur retour dans leur pays.

L’annexe 2 est une description d’un modèle de cours qui peut être utilisé pour la préparation d’une activité de formation consacrée à la Déclaration.

 
6. Les méthodes didactiques

Pour assurer le déroulement d’un cours de formation, l’animateur doit être en mesure d’utiliser les principales méthodes d’enseignement actif en matière de formation.

Chacune de ces méthodes peut être considérée comme un «outil de travail» mis à la disposition du formateur.

Pour le déroulement des différentes phases d’une unité didactique, l’animateur doit passer par trois étapes fondamentales :

 

 

l’introduction de l’unité et de ses objectifs généraux/spécifiques ;

 

le développement des différentes phases, autrement dit la présentation de leur contenu au moyen de méthodes d’enseignement actif ;

 

la conclusion et la récapitulation de l’unité, si possible accompagnées d’une évaluation immédiate.

Les méthodes proposées dans ce guide de formation sont les suivantes :

 

le débat orienté ;

l’étude de cas ;

la présentation interactive de rapports et de plans de travail ;

le travail en groupes restreints et le travail individuel.

Le débat orienté

Cette méthode est utilisée pour présenter le contenu du cours et pour établir un lien entre les éléments techniques présentés dans l’unité didactique et l’expérience des participants.

L’animateur devra poser des questions aux participants afin de dégager leur expérience et de la mettre en relation avec le contenu technique qui sera présenté.

Il devra «orienter» les participants au cours de leur débat afin de les amener à « découvrir » le contenu technique du module.

Au fur et à mesure du déroulement du débat, l’animateur pourra récapituler les résultats sous la forme de mots clés afin d’amener les participants à tirer les conclusions déjà envisagées dans le plan du débat.
 

L’étude de cas

Cette méthode présente aux participants un cas réel impliquant des problèmes spécifiques. Elle montre comment des questions complexes peuvent être abordées sous des angles différents au moyen d’analyses systématiques en groupes restreints (groupes de travail).

La présentation interactive de rapports et de plans de travail

Cette méthode est conçue pour organiser la présentation de l’information produite de manière interactive par les participants. Les différents rapports sur le contexte national sont présentés d’un point de vue comparatif et sont destinés à la production d’une analyse comparative entre les différent(e)s participants/organisations.

Le travail en groupes restreints et le travail individuel

Le travail en groupes restreints est la méthode la plus courante utilisée en matière de formation. Grâce aux occasions de collaboration et de comparaison des points de vue qu’elle fournit, cette méthode facilite le renforcement des ressources humaines et du travail d’équipe. Les rapports émanant de chacun des groupes sont présentés en séance plénière. L’animateur peut utiliser les activités didactiques (exercices) de deux manières différentes :

effectuer l’activité après présentation du contenu technique, et compléter l’étude de ce contenu après la conclusion de l’activité ;

effectuer immédiatement l’activité, puis présenter le contenu technique en fonction des résultats de celle-ci. Le travail individuel consiste notamment à établir un plan d’action qui sera préparé au terme du cours pour faciliter le transfert des compétences acquises aux organisations respectives.

Pour assurer l’efficacité du travail de groupe, l’animateur doit superviser les éléments suivants :

Préparation :

 

présentation de l’activité à l’ensemble des participants ;

clarification des objectifs de l’activité ;

division en groupes restreints ;

choix d’un porte-parole pour chacun des groupes ;

séance de réflexion axée sur l’expression des idées et des opinions et sur la communication d’informations .

Procédure :

 

les membres du groupe dialoguent exclusivement entre eux ;

les contributions sont considérées comme appartenant au groupe ;

le groupe décide du choix des contributions qui seront utilisées ;

le groupe établit un consensus sur les communications qui seront présentées en séance plénière.

Présentation :

 

résultats obtenus ;

résultats examinés par le groupe ;

résultats prêts à être présentés en séance plénière ;

si les résultats doivent être présentés au tableau, veiller à ce qu’ils soient accompagnés des références nécessaires (date, groupe, session) ;

si les résultats doivent être présentés sur des transparents ou sur des feuilles au format A4, veiller à ce qu’ils puissent être copiés.

Conclusion :

l’animateur et/ou les experts invités à la session récapitulent les rapports présentés et en tirent des conclusions.

 
7. L’évaluation

Le formateur doit examiner régulièrement les objectifs de la formation avec les participants pour s’assurer de la pertinence de la formation.

L’évaluation comporte différentes étapes qui sont établies conformément aux objectifs de la formation. Ceux-ci seront présentés et examinés au début du cours, puis feront à nouveau l’objet d’une présentation pendant l’analyse comparative des rapports individuels.

On procède notamment à l’évaluation à l’occasion de réunions présidées par un animateur de groupe. A la fin de chaque unité didactique, elle est effectuée par rapport aux objectifs établis pour l’unité elle-même.

Des évaluations intermédiaires (en principe hebdomadaires) interviennent pendant le déroulement du cours, cela afin de veiller à ce que les différents éléments (unités didactiques) contribuent clairement à la réalisation des objectifs généraux du cours.

Les objectifs immédiats sont évalués par les participants au moyen de questionnaires et de plans de travail qui seront présentés au terme du cours.

Un an après la fin du cours, on peut commencer d’évaluer les objectifs à long terme, ce qui permettra de déterminer dans quelle mesure les plans d’action ont pu être appliqués, et aussi d’évaluer la contribution apportée par la formation à l’élaboration d’objectifs à long terme en relation avec les normes internationales du travail, et notamment avec la Déclaration de l’OIT relative aux principes et droits fondamentaux au travail et son suivi.

 
8. Le matériel visuel (transparents)

Les documents visuels (à partir desquels on peut préparer des transparents) seront ramassés à la fin de chaque unité didactique.